4 Jours / 3 Nuits à Antananarivo

0
258
Le lac Anosy

La capitale malgache est le principal « port d’entrée » pour les touristes qui viennent séjourner dans la Grande-île. Le pays offre suffisamment d’attraits pour que ceux-ci soient tentés de s’échapper vers les sites les plus connus et réputés. Ne pas découvrir, cependant, les atouts, notamment historiques, de la région Analamanga serait préjudiciable à tous voyages qui visent à appréhender l’ensemble des richesses naturelles et culturelles d’un vaste pays aux multiples facettes.

Le circuit proposé par l’Office Régional du Tourisme d’Analamanga (ORTANA) cherche à faire découvrir les différentes ressources d’une région encore trop méconnue d’un point de vue touristique.

JOUR 1  – LA «VILLE DES MILLE»

Arrivés très souvent dans la matinée par un vol international ou régional, les voyageurs ont tout le loisir de commencer à découvrir la ville qui s’étage entre 1300 et 1450 m d’altitude. Forte de ses 2,5 millions d’habitants, la ville est construite sur plusieurs collines entre lesquelles s’immiscent des rizières. En dehors de l’architecture caractéristique des Hautes-Terres (maisons en briques, à étage avec leur balcon couvert), la ville est sillonnée d’escaliers qui débouchent très souvent sur de magnifiques points de vue. L’ORTANA publie des cartes qui permettent de s’autoguider dans les ruelles d’une des plus pittoresques capitales au monde.

La haute-ville regorge de monuments et vestiges témoins d’un passé glorieux. Le Rova (palais Royal) de Manjakamiadana, récemment rénové, ainsi que de nombreux autres édifices sont à découvrir à partir des beaux jardins d’Andohalo (kiosque de l’ORTANA).

Le Rova de Manjakamiadana

Ceux qui privilégient la découverte de la faune et de la flore malgaches pourront visiter le parc botanique et zoologique de Tsimbazaza qui, sur 27 hectares, offre une belle collection de plantes endémiques des diverses régions ou se balader dans le parc privé de Tsarasoatra dont les pièces d’eau attirent de très nombreuses espèces de canards, hérons… observables toute l’année à deux pas du centre-ville.

La fin d’après-midi venue, il conviendra cependant de rejoindre les hauteurs de la ville afin d’assister au superbe coucher de soleil sur les rizières avec la ville en contrebas. Le musée de la photographie doit être visité en cette occasion. Il rassemble des photographies prises à Madagascar entre 1860 et 1960 et constitue une première approche historique du pays riche en témoignages pittoresques et attachants. Quatre salles de projection diffusent en boucle des courts-métrages (multi-langues) à thèmes : histoire des principales villes, grands personnages du XIXe siècle… Espace d’exposition à la découverte de photographes malgaches contemporains et le « Café du Musée » où il est possible de se restaurer au sein d’un joli jardin dans une bâtisse traditionnelle.

JOUR 2  – VILLAGES TYPIQUES DES HAUTES-TERRES

La première excursion proposée à l’extérieur de la ville a pour objectif de découvrir les paysages caractéristiques des Hautes-Terres ponctués de villages aux habitations traditionnelles et de partir à la rencontre d’accueillantes populations composées d’agriculteurs et leurs outils aratoires rudimentaires (éleveurs, maraîchers, riziculteurs…) et d’artisans.

Le site d’Ambatomanga, à 17km de la capitale en direction de l’Est, est un point de départ idéal d’agréables randonnées. Ambatomanga Ambato était l’ancienne porte du royaume Mérina et possède encore de nombreuses bâtisses de toute beauté. Ankadimanga, village entouré de fossés, abrite le tombeau de Ramiangy, épouse du grand roi Andrianampoinimerina. Belles portes à disque (fermées par une imposante pierre circulaire), lac sacré…

Ambatomanga

Pour se rendre ensuite au village d’Andraodo, réputé pour ses forgerons, il faut traverser le massif forestier d’Angavokely qui abrite 117 espèces d’orchidées. Anerindrano doit être visité pour sa mixité entre tradition et modernité tout comme celui d’Alarobia (marché les mercredis et samedis) avant de rejoindre le rocher d’Ambatomanga et sa vue sur les rizières environnantes.

L’ORTANA a formé des guides locaux de randonnée qui sont susceptibles de relater l’histoire de la région et d’informer sur les attraits naturels. Il est possible de trouver des établissements d’hébergement et de restauration à Ambatomanga ou aux abords du lac de Mantasoa (40km).

JOUR 3  -RANDONNÉE EN FORÊT PRIMAIRE

La forêt protégée d’Anjozorobe Angavo représente les derniers vestiges de la forêt primaire aux abords de la capitale (2h30 au nord d’Antananarivo). Du lodge forestier, Saha Forest Camp, il est possible de parcourir huit circuits (de 1h à 7h de marche) pour découvrir une faune et une flore exceptionnelles, des paysages grandioses, les activités quotidiennes villageoises…

Le circuit « source » (2,7km – 2h30) permet d’approcher l’Indri-Indri ou «Babakoto», le plus grand lémurien vivant à Madagascar ainsi que le Propithecus Diadema ou «Sifaka». De nombreux oiseaux endémiques (tel le «Jakoko Mena» ou Grand Maitre à tête Rufus) se rencontrent pendant ce circuit.

Des randonnées pédestres (jusqu’à 14km – 5 à 7h de marche) permettent de rencontrer les charbonniers qui exploitent des plantations d’eucalyptus et de comprendre les enjeux de la déforestation qui frappe toute l’Afrique. Le passage dans le petit village d’Ambodipaiso offre l’opportunité de découvrir des artisans au travail (vannerie, fabrication de charrette à zébu…), d’appréhender les règles de l’organisation sociale et… de déguster le café local. Un circuit « chute sacrée » (1,5km – 1h à 1h30) est ponctué par l’observation de plusieurs espèces de lémuriens (dont des espèces nocturnes) et de comprendre l’importance des rites animistes (offrandes, sacrifices…) encore très ancrés. Plusieurs autres circuits à thèmes sont proposés : Circuit « orchidées » (rares Angraecum et Aerangis Citrata), circuit « bambou » (observation du lémurien Hapalemur griseus et de nombreuses grenouilles)…

JOUR 4  Classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO depuis 2001, la colline royale se situe à 21km au nord de la capitale. Ce site culturel symbole de la souveraineté des Hautes-Terres centrales, abritant le palais royal du grand roi fédérateur de l’île, Andrianampoinimerina (1745 – 1810), est l’un des plus beaux ensembles d’édifices historiques qui se visitent à Madagascar. Cet emblème historique national riche de plus de 500 ans d’histoire est perché sur la « colline bleue » qui fait partie des douze collines sacrées de l’Imérina. Vestiges archéologiques et historiques sont éparpillés à travers la colline dont le palais royal, la nécropole royale, la fosse à bœufs, les bassins sacré, la grande place publique, les fausses défensives d’enceintes, les portes… Visite complète guidée autour d’une heure.

À noter que ce lieu sacré fait encore l’objet de très nombreuses pratiques rituelles qui attirent des pèlerins des quatre coins de l’île.

Les alentours sont occupés par une forêt qui abrite une riche biodiversité et quelques espèces endémiques. Plusieurs circuits entre 1h30 et 4h peuvent être parcourus pour une journée partagée entre histoire et nature.

En dehors des joyaux historiques et naturels, la ville d’Antananarivo mérite d’y séjourner pour de nombreux autres charmes et, en tout premier lieu, ceux liés à la gastronomie. La capitale malgache regorge d’excellentes tables et leurs spécialités tant malgaches (romazava, ravitoto…) qu’internationales « revisitées » : zébu à toutes les sauces, foie gras… Les qualités organo-leptiques exceptionnelles des fruits et légumes du pays, la saveur de ses viandes et fruits de mer en font une destination rêvée pour les amateurs de bonne chère.

La visite des marchés et des centres artisanaux est également incontournable. Il est possible de s’offrir de très beaux souvenirs (écharpes en soi sauvage, sacs en cuir, bijoux, objets en matières recyclées…) à des prix défiants toutes concurrences.

Il est également possible de pratiquer de nombreux sports : tennis, golf, natation, voire karting ou accro-branche et, après l’effort, de profiter d’une multitude de très beau Spa équipés de piscines intérieures chauffées, jacuzzi, hammam et cabines de massages pour des soins aux huiles essentielles de plantes odorantes et endémiques du pays (katrafay, ravintsara…).