4 jours/3 nuits à… Antsirabe

0
263
Antsirabe gare

À 160 km d’Antananarivo, très facilement accessible par la Route Nationale 7, la capitale du Vakinankaratra offre l’opportunité de découvrir des paysages d’une grande beauté et de pouvoir s’immerger au sein d’une attachante population rurale. Antsirabe est, en outre, un véritable « hub » touristique : porte d’entrée du moyen ouest vers les Tsingy de Bemaraha et Morondava mais aussi étape le long de la RN7 qui conduit jusqu’à Tuléar.

Jour 1 – La Ville

Départ d’Antananarivo dans la matinée. Nul besoin de partir de très bonne heure si l’on veut pouvoir déjeuner à Antsirabe. Il est conseillé, cependant, de prévoir quelques haltes afin de prendre le temps de profiter des somptueux paysages des « Hautes Terres » : des massifs rocheux enserrent de verdoyantes rizières surplombées de leurs villages traditionnels composés de maisons en briques.

Le long de cette bonne route bitumée, en maints endroits, des paysans viennent proposer leurs fruits et légumes. Ne pas hésiter à s’offrir quelques pommes, par exemple, qui seront appréciées lors des excursions à venir. Carottes, pommes de terre, choux… abondent car le Vakinankaratra est le « grenier maraîcher » du pays.

Après le déjeuner à Antsirabe qui dispose de plusieurs très bonnes tables, l’après-midi peut-être consacré à la découverte de la ville. Au long de larges avenues plantées de flamboyants et platanes, cette ville perchée à 1500 m d’altitude (prévoir d’être chaudement vêtu en juillet et août, durant l’hiver austral) a su conserver quelques bâtisses à l’architecture caractéristique : la gare, l’Hôtel des Thermes, de nombreuses villas entourées de beaux jardins…

Jour 2 – Les Lacs

Le Vakinankaratra est une région d’origine volcanique qui, au cœur de ses fertiles terres agricoles, est ponctuée de lacs. On peut rejoindre le lac Tritriva à pied pour, ensuite, une courte balade sur les sentiers qui entourent cette mystérieuse pièce d’eau, formée dans une faille, et profonde de 160 m. Les guides improvisés racontent les légendes qui y sont attachées.

Il faudra rejoindre ensuite le lac Andraikiba qui fut une base nautique très prisée. Ses berges offrent divers lieux de pique-nique ombragés. L’après-midi, il est agréable de randonner autour du lac : à pied (compter deux heures) ou à cheval.

Le lac de Betafo (22 km d’Antsirabe) présente surtout l’intérêt, quant à lui, d’être cerné de magnifiques rizières. Il est possible d’observer les activités des pêcheurs, des éleveurs ainsi que des riziculteurs et maraîchers. A noter que peuvent être organisés des circuits en VTT qui contournent ces lacs.

Jour 3 – Le Massif d’Ibity

À 25 km au sud d’Antsirabe, le massif d’Ibity (unique massif quartzite d’altitude) est le point de départ de quelques excursions présentant plusieurs curiosités culturelles et naturelles. Les plus courageux atteindront le sommet du mont Ibity qui culmine à 2 254 m (huit heures pour les bons marcheurs). Un circuit de 4 heures (6 heures avec pique-nique) sans grandes difficultés permet d’appréhender l’essentiel des charmes de cette région montagneuse : Rova encore habité par les descendants du roi Andriamasinavalona, traversée d’une forêt de tapias (où se nichent les grands cocons dont on extraira la soie sauvage), vue panoramique sur les plaines rizicoles et charmantes rencontres avec les enfants des villages ou les agriculteurs en plein travail (élevage de canards gras, maraîchage…).

Jour 4 – Le Circuit des Artisans

La matinée peut être consacrée à visiter quelques-uns des nombreux ateliers d’artisans qui se situent au sein même de la ville. Une solution agréable et confortable consiste à louer un pousse-pousse pour la matinée en lui indiquant les quelques ateliers que l’on souhaite visiter (liste à l’Office Régional de Tourisme du Vakinankaratra).

Quelques ateliers sont incontournables, tel le tissage de fibres naturelles (soie sauvage, soie naturelle, raphia…) qui confectionnent, notamment, de superbes écharpes qui seront bien utiles en hiver (septentrional). Les artisanes travaillent sur des métiers à la verticale ou à l’horizontal et il est toujours passionnant d’observer leur agilité.

Fabrication d’objets en cornes de zébus (avec d’étonnantes démonstrations) ou du travail de matières recyclées : à partir de boîtes de conserve ou autres canettes de bière, les artisans créent, par exemple, des petites voitures qui seront appréciées des petits et des grands. Broderie traditionnelle, lapidairerie (la région regorge de pierres semi-précieuses), confiserie…

Déjeuner à Antsirabe puis départ vers d’autres horizons tel que Fianarantsoa (au sud sur la RN7) ou Miandrivazo, vers l’Ouest, point de départ des croisières fluviales sur la Tsiribihina ou bien encore retour (en trois heures) vers Antananarivo.

LAISSER UN COMMENTAIRE