Natacha REJELA : Présidente du Conseil d’Administration de l’Office Régional du Tourisme du Menabe (Morondava)

0
106
Natacha REJELA
Natacha REJELA

“ Les agences et Tours Opérateurs étrangers se préoccupent prioritairement des risques d’instabilité politique. ”

Madame la Présidente, comment s’est déroulée la saison touristique 2017 dans le Menabe ?
L’année dernière, nous avions enregistré une petite croissance par rapport à l’année précédente (2016). Certes, nous sommes encore loin des chiffres de 2008 mais les opérateurs du Menabe ont retrouvé le moral. Nous avons eu la chance d’être épargnés par l’épidémie de peste. Ce fléau qui a entraîné de nombreuses annulations sur l’ensemble du pays, nous a relativement peu affectés en termes de fréquentation. Il y a eu très peu de conséquences alors que certaines autres régions ont pu connaître un taux d’annulation supérieur à 20%.

Il faut préciser que la clientèle nationale représente une part très importante du taux de remplissage de nos hôtels. Incontestablement, sous l’effet des campagnes de promotion de l’Office National du Tourisme et du Ministère du Tourisme à l’adresse des nationaux et résidents, nous constatons une croissance significative du « tourisme national ». Il faut également souligner la part importante représentée par le tourisme d’affaires dont, essentiellement, les O.N.G à but humanitaire. Vis-à-vis de cette cible de clientèle il faut espérer que l’ensemble du processus électoral va se dérouler dans les meilleures conditions car, dans le cas contraire, les projets caritatifs seront reportés sine die.

Pour la fin de cette année 2018 qui avait commencé en étant un peu perturbée par la crise politique, notre principale inquiétude est liée à l’insécurité. Depuis la fin 2017, nous avons pu enregistrer quelques incidents, certes ponctuels et isolés, sur les principaux axes touristiques (descente de la Tsiribihina, axe Morondava – Tsingy de Bemaraha). Aujourd’hui, le moindre trouble, même mineur, est dans la plupart des cas relayé immédiatement sur les réseaux sociaux. Ces communications, parfois traitées avec beaucoup d’exagération, peuvent nous causer un tort considérable. Nous avons travaillé avec les forces de l’ordre pour aboutir à la création de postes fixes près des sites touristiques majeurs. Depuis leurs créations nous n’avons pas eu à relever d’incidents majeurs mais il faut rester vigilant car d’éventuels bouleversements politiques pourraient favoriser le retour à une insécurité relative. Le secteur tourisme va suivre avec beaucoup d’appréhension le déroulement du processus électoral pour toutes ces raisons. Lors du salon International Tourisme fair Madagascar en juin dernier (NDLR : au cours duquel a été réalisée cette interview) à Antananarivo, nous avons pu observer que les agences et Tours Opérateurs étrangers se préoccupent prioritairement des risques d’instabilité politique.

Allée des Baobabs
Allée des Baobabs

Quels sont les particularités et atouts touristiques de votre région ?

Le Menabe dispose de très nombreux atouts touristiques, qui sont d’ailleurs détaillés dans ce numéro 33 d’Info Tourisme Madagascar, mais nous sommes extrêmement dépendants du site « phare » que représente le Parc National des Tsingy de Bemaraha de réputation mondiale et qui se trouve dans la région Melaky. Les circuits qui englobent la descente de la Tsiribihina, en trois jours et deux nuits de bivouac, un séjour découverte des Tsingy de Bemaraha puis un retour vers Morondava avec l’inévitable coucher de soleil sur l’allée des baobabs, est un des produits touristiques qui a le plus progressé dans le pays ces dernières années. Morondava est le « hub » incontournable de ce circuit qui, malheureusement, ne peut être programmé que pendant la saison sèche d’avril à octobre. Quelques aménagements routiers permettraient d’augmenter très sensiblement cette période mais il ne semble pas que ce soit d’actualité tant il y a sûrement d’autres priorités dans le pays. Je songe ici à des régions qui sont entièrement enclavées alors que nous avons la chance d’être reliés à la capitale, par la route, en une journée. Je voudrais quand même signaler que la route nationale, principalement entre Miandrivazo et Malaimbandy, est fortement dégradée. Il va falloir veiller à ce qu’une nouvelle saison des pluies ne finisse de la rendre impraticable.

Nous avons donc une saison touristique très marquée. Tout le rôle de l’Office Régional du Tourisme du Menabe (ORTMEN) va être de proposer et de mettre en valeur les atouts spécifiques du Menabe de manière à ce que les professionnels programment quelques nuitées de plus sur Morondava et ses environs dont Belo sur Mer pour les extensions « sud ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here